LA JUSTICE IVOIRIENNE DÉCIDE DE JUGER « DIEU » !

LA JUSTICE IVOIRIENNE DÉCIDE DE JUGER « DIEU » !

Edité par

LA JUSTICE IVOIRIENNE DECIDE DE JUGER DIEU !
Au stade actuel de la procédure, je marque mon étonnement et ma surprise de découvrir dans notre système judiciaire une volonté manifeste de nuire à ma personne et à mon image. Ne trouvant plus dans cette justice les garanties nécessaires pour son équité et la transparence des débats pour la manifestation de la vérité pourtant nécessaire pour une sentence juste et acceptable par tous. Je me permets de vous signifier mon retrait de toute la procédure en cours. Je ne me rendrai pas complice de vos actes. A cet effet, je ne me présenterai plus à vos audiences, advienne que pourra. Mon analyse personnelle de la situation me permet de comprendre la mise en place d’un complot ourdi contre ma personne depuis le sommet de l’Etat, les juges n’étant que les bras exécutants. Je ne céderai pas à ce chantage honteux dont je fais l’objet de la part de notre justice qui pourtant devrait garantir nos droits les plus élémentaires. Retenez qu’un homme de Dieu, un vrai ne cède pas aux manipulations visant à saper son moral pour l’amener à se détourner de la voie de Dieu au profit de celle des hommes. Ni vous, ni personne d’autre quelque soit son rang dans ce pays ne me fera fléchir là où Dieu m’ainstruit.

Je me mets en peine pour notre justice qui a manifestement fait le choix de servir la cause de ceux qui nomment et gouvernent au détriment du reste du peuple. Je ne suis en rien celui que vous voulez me faire passer pour être. Je suis un honnête et respectable citoyen qui apporte régulièrement et avec fierté sa part à l’édification de cette nation. Conscient de ce que je ne suis coupable en rien même si je ne me juge pas moi-même, souffrez que je vous le dise en ces termes. Il n’y a rien d’étonnant dans l’attitude qui est la vôtre dans ce procès. Un homme fut-il un juge de haut rang n’est en rien supérieur à l’ordre divin que je représente en ma qualité de prophète de l’Eternel des armées. Soyons tous des hommes parfaitement accomplis aux tâches qui nous sont affectées. La véritable gloire est celle qui se nourrit de vérité et non de compromissions. Pendant qu’il est encore temps, que chacun fasse que cette nation ne devienne une nation de non droit au service de ceux qui nous gouvernent. Quelque soit le statut d’un homme, il reste un homme ordinaire à qui Dieu se réserve le droit d’interpeller au besoin.
C’est pourquoi je suis surpris des exploits de notre justice qui tend à élever des hommes oui des hommes au dessus de Dieu et de son droit à gouverner comme il l’entend ce pays. Je ne vous accompagnerai pas dans cette rébellion contre Dieu car jamais personne n’a combattu et vaincu la vérité révélée de Dieu. Je persiste et je signe si cela pouvait être encore utile que ces propos tenus lors de ce culte du dimanche 21 octobre 2018 sont bel et bien inspirés de Dieu et je n’en retrancherai rien même si je devais subir la colère de nos dirigeants. C’est ma croix et je la porte avecfierté.
On ne peut être déstabilisé que quand on attend d’autrui une œuvre utile qui ne vient pas ; mais dans mon cas dès le début, l’espoir de voir la justice lire le droit n’a jamais effleuré ma pensée. Rien d’étonnant de la part de quiconque s’exerce avec objectivité à l’analyse du fonctionnement de notre justice. Aucune nation forte ne peut l’être sans une justice crédible. Alors, que cette procédure aide chacun d’entre nous à faire œuvre utile pour notre pays. Ces écrits peuvent peut- être déclencher votre colère contre moi, mais vous finirez par reconnaitre en vous que c’est la vérité rien que la vérité que je vous dis. Je ne vous instruirez pas à votre métier mais je crois être de mon devoir de serviteur de Dieu de participer à la construction d’une société stable qui ne peut être sans une justice acceptable pourtous.

Pour moi, je subirai avec plaisir la condamnation éventuelle que vous m’infligerai du haut de votre statut, cependant puisque la justice des hommes refuse de me faire justice, je m’en réfère à celle de Dieu qui surement prendra du temps mais finira par trancher en faveur de la vérité. Job 19 : 25-29 : «Mais je sais que mon Rédempteur est vivant, Et qu`il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; Quand je n`aurai plus de chair, je verrai Dieu. Je le verrai, et il me sera favorable; Mes yeux le verront, et non ceux d’un autre; Mon âme languit d’attente au dedans de moi. Vous direz alors: Pourquoi le poursuivions-nous? Car la justice de ma cause sera reconnue. Craignez pour vous le glaive: Les châtiments par le glaive sont terribles! Et sachez qu`il y a un jugement ».

La justice à laquelle je veux prendre part est celle qui se nourrit de vertus divines. Or ici, la loi se résume à la pensée d’un seul homme, elle ne participe plus à construire la société mais ses jugements viennent la fragiliser. Il est temps que notre justice soit courageuse et s’auto examine pour sortir de ce système qui ne rassure plus. Appuyez vous sur Dieu et il vous instruira au sujet de ce qu’est un véritable juge selon son ordre divin. Allons au cœur du débat de la raison, sans passion pour aider à la manifestation de la vérité qui nous sera tous utile. Car qui sait de quoi demain sera fait ? Proverbes 27 : 1 «Ne te vante pas du lendemain, Car tu ne sais pas ce qu’un jour peut enfanter ». Celui qui vous dit la vérité malgré l’épée que vous levez contre lui est celui qui vousaime.

A quoi sert-il à un homme de servir une cause injuste pour ensuite se sentir coupable en lui-même au creuset de sa propre conscience. Je me dois de vous aimer, c’est pourquoi je vous parle comme jamais aucun détenu ne vous a parlé. L’homme n’est pas suffisamment fort pour être toujours le plus fort en tout temps. Souvent, les plus grandes gloires naissent par des chemins tortueux. Voyez, malgré la menace de la condamnation, j’ai la force de continuer mon travail avec tranquillité et assurance. Savez-vous pourquoi ? Car j’ai été affranchi par le sang de l’Agneau de Dieu qui sauve le monde. Ne laissez personne décider à votre place mais prenez courage. Faites votre travail en respectant votre serment. Condamnez-moi si je suis coupable à vos yeux sans plus. A présent, je voudrais me féliciter de la gloire que vous répandez sur moi en faisant de moi le symbole d’une quête de liberté et de justice, aspiration profonde de tout un peuple. Merci pour ce grand honneur que votre condamnation viendra consacrer. Merciinfiniment.

La Côte d’Ivoire, mon pays, notre pays, votre pays que j’aime tant sera toujours l’objet de mon amour. Et avec plaisir j’irai jusqu’à sacrifier ma liberté en abandonnant mes zones de conforts pour me livrer à la misère de la prison que vous m’imposez parce que simplement inspiré et instruit par Dieu j’ai fait connaitre ce qui devrait arriver afin que les hommes sages en tirent instruction pour se soustraire du mal. L’intelligence est une science qui semble à la portée de tous mais lorsqu’elle s’exprime sans discernement, elle devient un danger. Veillons donc à en faire un bon usage pour le bien de tous. Que peut craindre celui qui comprend le langage des vents. La fin d’une chose vaut mieux que son commencement. Apparemment, vous avez décidé d’en découdre avec Dieu ; je suis curieux de savoir à quoi cela va aboutir. La Côte d’Ivoire ne va pas bien, vous le savez, ainsi que moi et cela n’est le fait d’aucuneprophétie.
Gouverner est une science. Ne gouverne pas qui veut mais qui peut. Un pouvoir sans miséricorde et discernement cache ses propres faiblesses.
Monsieur le juge, je ne suis coupable en rien car quand vous recevez des ordres de vos supérieurs vous les appliquez. Pourquoi ne pas comprendre que là où il n’est pas aisé de dire non à un homme il l’est encore plus difficile voire impossible de le faire avec notre créateur ?
Que Dieu nous aide tous à sauver encore ce qui peut l’être plutôt que de nous détourner de la réalité pour nous livrer à ce qui célèbre l’orgueil des hommes sans être en rien une réponse à la colère divine qui gronde sur la nation. Oui, oui, oui, je n’ai jamais été aussi fier de ma mission prophétique, heureux suis-je d’être en prison pour Dieu. Gloire à Dieu aux siècles des siècles!
Au final en me remettant à la justice du Dieu Très Haut, je voudrais marquer mon intérêt aucun de tout ce qui pourra sortir de votre justice. Toute chose concoure à la gloire de celui qui aime Dieu, Romains 8 : 27-28 « Et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints. Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » Je retiens que Dieu est mon seul juge. Esaie 33 :22 « Car l’Éternel est notre juge, L’Éternel est notre législateur, L`Éternel est notre roi: C’est Lui qui nous sauve». A chacun sa peine, que Dieu soit célébré éternellement au nom puissant deJésus.

Nous rejetons la justice de monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de la Côte d’Ivoire mais nous acceptons avec plaisir et honneur en Jésus de subir la peine honteuse qui nous ait maladroitement appliquée. Que Dieu veille sur la nation toute entière en préservant ceux qui le craignent au jour de sa colère. La Côte d’Ivoire est en droit d’attendre de ses dirigeants et de sa justice une paix durable qui rassure sur les lendemains. Nous ne céderons rien de notre liberté d’expression pour nous rendre coupables aux yeux de Dieu par crainte des hommes. La prison est un gain pour nous puisqu’elle nous libère de la crainte d’une condamnation. Avantage est pour nous de dire tout haut ce que les autres n’oseraient pas dire par crainte de la prison. En ma qualité de guide spirituel éclairé, je ne céderai en rien sur la responsabilité qui est la mienne d’aider à faire avancer mon pays vers la paix. La peur s’en est allée, l’heure est à la vérité. La classe politique dans son ensemble a échoué car c’est de ses incohérences que naissent les souffrances de notrenation.
Sommes-nous arrivés à un tel stade de dégradation morale que l’invocation du nom du Dieu créateur ne représente plus rien face à la poursuite démesurée du culte de la personnalité?
Revenons en nous-mêmes, reconnaissons à Dieu le droit d’être Dieu sur nous. Le vrai chef ce n’est pas celui qui cache ses propres fautes par les menaces du peuple dont la soumission légitime son pouvoir. Dieu s’est fait représenté au milieu des hommes par ses serviteurs pour ne pas laisser le pouvoir de l’homme se livrer à des abus. Quel est le but poursuivi par la justice ici ? Nous amener à renier la parole de Dieu ? Peine perdue car je ne changerai jamais un mot de ce que Dieu me recommande parce que des hommes se croyant au-dessus de Dieu voudraient m’y contraindre. La Côte d’Ivoire ne se bâtira pas avec les pensées d’un seul, mais chacun, à son niveau doit honnêtement sans crainte poser sa pierre à l’édifice. Que voulez vous qu’une condamnation dont le fondement est l’injustice représente à mes yeux ? Rien du tout, m’emprisonner ne changera rien à ce qui est dit, la prophétie suit son cours. Je suis surpris que ceux qui se plaignaient d’une prophétie gênante et dérangeante fassent de cela une affaire d’Etat dont l’effet est plusretentissant.
Je remercie tous ceux qui ont contribué à m’offrir cette légitimité d’être porteur de vérité aux yeux de toute la nation. Le peuple est assez mature pour faire ses propres choix, c’est pourquoi je suis étonné que dans l’esprit de nos décideurs ce noble peuple se résume à des gens incapables de discerner entre le bien et le mal.

J’attends que le distributeur de la sainte bible soit poursuivi par la justice ivoirienne qui loin des préoccupations légitimes du peuple s’adonne à de tels actes qui ne l’honore en rien. Cette condamnation a-t-elle la capacité de faire changer d’avis à Dieu ? Nos juges sont-ils supérieurs en intelligence à Dieu du Haut de leur statut pour l’instruire au sujet de ce qu’il a à faire ? Méditons ensemble ce passage qui pourra nous édifier à ce sujet. Romains 3 :3-8 «Eh quoi! Si quelques-uns n’ont pas cru, leur incrédulité anéantira-t-elle la fidélité de Dieu? Loin de là! Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur, selon qu`il est écrit: Afin que tu sois trouvé juste dans tes paroles, Et que tu triomphes lorsqu’on te juge. Mais si notre injustice établit la justice de Dieu, que dirons-nous? Dieu est-il injuste quand il déchaîne sa colère? (Je parle à la manière des hommes.) Loin de là! Autrement, comment Dieu jugerait-il le monde? Et si, par mon mensonge, la vérité de Dieu éclate davantage pour sa gloire, pourquoi suis-je moi-même encore jugé comme pécheur? Et pourquoi ne ferions-nous pas le mal afin qu’il en arrive du bien, comme quelques-uns, qui nous calomnient, prétendent que nous le disons? La condamnation de ces gens est juste.»
Une prophétie ne peut être l’objet d’une interprétation car c’est poussé par Dieu que des hommes parlent de sa part. 2 Pierre 1 : 20-21 : « Sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Écriture ne peut être un objet d`interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu ».

Que chacun donc comprenne que personne ne lui fait obligation de croire en une prophétie donnée. Si la chose vient de Dieu elle arrivera surement, si elle est un mensonge, elle ne s’accomplira pas. Donc pourquoi ne pas nous référer aux sages conseils bibliques d’un docteur de la loi au temps de notre Seigneur qui invitait les autorités de ce temps là à cette réflexion.
La politique n’a pas créé ce pays donc elle ne peut continuer de le malmener à travers ses choix politiques qui conduisent vers la rupture de l’unité nationale sans plus. Politique ou pas, la Côte d’Ivoire est notre héritage commun et personne ne peut nous enlever ce droit légitime, comprenne qui pourra.

NB: Je fais l’objet d’une poursuite judiciaire pour trouble à l’ordre public suite à une prophétie donnée dans mon assemblée de prière. Mais au constat, depuis des semaines écoulées, la Côte d’Ivoire n’a été l’objet d’aucun trouble social dont l’origine est la prophétie concernée. Au final, je suis injustement incarcéré dans les liens de la prison depuis le 26 octobre 2018.

Prophète Dian Irené

Comments are closed.