LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION ET DEVELOPPEMENT TERRITORIAL DANS LA REGION DE LA ME 

LUTTE CONTRE LA DEFORESTATION ET DEVELOPPEMENT TERRITORIAL DANS LA REGION DE LA ME 

Edité par

Plans de Développement Locaux dans la Région de la Mé : Des certificats fonciers pour les 7 premiers villages.

ADZOPE , le 06 Juillet 2018 – Situés dans les périphériques des forêts classées de Mabi et Yaya, les villages d’Allosso I, Aboisso-Comoé, Mopodji, Kossandji, Diasson, Mébifon et Biéby, ont procédé à la validation de leurs Plans de Développement Locaux du Lundi 02 au Vendredi 06 Juillet 2018, dans le cadre du Projet REDD+ de la Mé, avec l’appui du SEP REDD+, l’assistance technique de l’Association Nitidae (ex- Etc Terra-Rongead) et du Ministère du Plan et du Développement.

 Ce projet vise à mettre en place des actions de développement territorial (aménagement du territoire, sécurisation foncière) et sectoriel (systèmes de production agricole durable, reboisement, énergie domestique) afin de réduire les effets néfastes de l’action humaine sur la Forêt, tout en contribuant au développement durable des localités concernées. Il entend ainsi contribuer à résoudre la problèmatique de la lutte contre les changements climatiques et assurer le dévelopement local dans cette région.

Les forêts classées de Mabi et Yaya d’une superficie totale de 130 000 ha font partie des derniers massifs forestiers en Côte d’Ivoire. Cependant, l’intensité des activités agricoles et de l’exploitation forestière dans le domaine rural, aux alentours de ces forêts classées, constituent une véritable menace pour les forêts de Mabi et de Yaya.  

Afin, de mieux protéger le couvert forestier, aider à sa restauration et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations, le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP REDD+) a initié le ‘’Projet  REDD+ de  la Mé (PRM)’’, avec l’appui de la la République  de France , au titre du premier et du deuxième Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) conclu avec la République de Côte d’Ivoire. 

Comme l’a indiqué M. Abraham Bio, Assistant Technique au SEP- REDD+ au cours de cette tournée, le ‘’Projet  REDD+ de  la Mé « rentre dans le cadre de la mise en œuvre du mécanisme international de Réduction des Emissions de gaz à effet de serre dues à la Déforestation et à  la Dégradation des forêts (REDD+) conduit par le Ministère en chage de l’Environnement, à travers le Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ (SEP REDD+)».

 A cet effet, un diagnostic participatif a permis de définir les caractéristiques des 7 localités d’intervention du projet et de recueillir les besoins de ces populations dans les domaines de l’économie, des infrastructures, de l’agriculture, de l’éducation, de la culture,  de la santé, de l’artisanat etc. Ces populations ont contribué à l’analyse situationnelle de leur développement, la définition des changements nécessaires souhaités pour réagir aux contraintes d’ordre environnemental et répondre à leurs divers besoins.

Il est également prévu dans le cadre de ce projet, l’octroi à titre gracieux, de certificats fonciers pour 3500 ha au profit des populations. Sont concernées les forêts non encore exploitées, les parcelles reboisées ou en cours de reboisement, les vieilles jachères d’au moins 15 ans ou les parcelles agro-forestières avec une couverture de 30% d’ombrage. Le Projet REDD+ de la Mé subventionne également le reboisement de 500 ha de forêt. Pour ce faire, au cours des différentes séances, les populations ont été sensibilisées afin qu’elles comprennent l’importance de la sécurisation foncière, la nécessité de reboiser et de pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement.

 

Ces mesures saluées par l’ensemble des autorités  administratives et coutumières de la Région, contribueront à prévenir ou régler les conflits liés au foncier rural et inciter les populations à adhérer au mécanisme de protection et de reconstitution du couvert forestier dans cette région en les impliquant dans la mise en œuvre des projets.

C’est dans cette optique que dans les phases de mise en œuvre et de suivi-évaluation des projets, des Comités de Développement Locaux seront mis en place avec un renforcement de capacités des membres au montage de projets et la recherche de financement afin de les outiller pour mobiliser les fonds nécessaires.

Ces documents de planification d’une importance capitale, cadrent parfaitement avec les orientations stratégiques nationales et internationales (Plan National de Développement et Objectifs de développement durable) et sont un véritable atout pour booster le développement local.

C’est à juste titre que les populations d’Allosso I, Aboisso-Comoé, Mopodji, Kossandji, Diasson, Mébifon et Biéby, satisfaites du travail effectué, ont validé leurs différents Plan de Développement Locaux lors des rencontres présidées par les Sous-préfets dans ces sept localités.

Le Projet REDD+ de la Mé, avec la collaboration du Conseil Régional de la Mé, apportera un appui de 10 millions aux villages concernés pour la mise en œuvre de projets prioritaires issus de leurs plans de développement locaux.

Comments are closed.